7.11.17


filles
tune
clebs

10.10.17

Expo à Marseille

Galerie Où
58 rue Jean de Bernardy
Marseille
01 > 14 octobre 2017








 avec Antoine Boute et Clément Thiry.


9.10.17

Presse Dormeur à Paris

Pour la revue Soldes Almanach
Mercredi 27 septembre
au Point Ephémère





 



avec Clément Thiry

24.9.17

disparaitre

sortie du trou
Avec Clément Thiry on avait besoin de disparaitre un bon coup du bordel humain. 
Alors on a creusé un trou sur un rond point et on s'est planqué au centre du speed. 
On s'est fait plaisir, on a commencé dès lundi 8h et on est réapparu vendredi 
pour briser le jeûne avec ceux qui trainaient par là.







 


MERCI 
Antoine Boute, Mathieu Ha, Louis Neuville, Jeanne Pruvot Simonneaux, Marine Debilly, Antoine Herran, Cayo Scheyven qui nous ont servi une fête du retour incroyablement top !

13.9.17


veste sonore bougie écrasée, masque rideau et tatouage à l'encre 
2015

7.9.17


Avec Clément Thiry on a fait un matelas en fagot de thuya qui imprime au poids du dormeur.

















5.9.17

bien manger

22.8.17

Je ferai la lecture de mon dernier texte :
Trip Interne
à Marseille ce samedi 26 aout


21.8.17


12.3.17

Capsule Biohardcore

Nous sommes en résidence aux Limbes de Saint-Etienne pour la biennale de design du 13 mars au 02 avril. Avec une soirée de lancement le samedi 18 mars et un bouquet final le 01 avril. 7 rue Henri Barbusse 4200 Saint-Etienne.





Nous vivons uniquement à partir de ce que nous trouvons, des déchets entassés dans les terrains vagues stéphanois que l'on arpente au quotidien. Nous mangeons, consommons uniquement des rebuts, nous vivons à côté avec ce qui traine. Nous nous organisons pour récupérer les composts des gens, nous demandons à être leur poules et nous nourrir de ce qui n'existe plus pour eux. Nous récoltons ces morceaux, ces retailles pour les diviser à nouveau, obtenir leurs particules les plus petites, approchant la particule atomique, et les rassembler, réorganiser pour les consommer. Nous nous fantasmons astrologue de la junk food en nous inspirant des techniques de nos collègues industriels, les fast food. 



23.2.17

interview pour la revue 64 pages


1. Raconte ton parcours? Quel a été ton cheminement vers le dessin, l'art...

Chloé Schuiten : J’ai commencé par étudier le stylisme mais je me suis vite rendue compte que je détestais le monde de la mode. Alors j’ai eu envie de raconter et de dessiner. J’ai entrepris un master en narration spéculative où j’ai gouté plein de trucs, j’ai fait de la bd, du cinéma d’animation, de la radio, des films, et j’ai fini par organiser un carnaval en forêt qui rassemblait parait-il 200 personnes, un événement qui a duré un mois et constitué uniquement de participants, une transe dont on n’est pas revenu indemne. Je voulais créer une fête qui réfléchit et désire repenser notre monde, une fête en rupture avec notre quotidien. On ne s’est pas enivré ni drogué parce que ça aurait été la routine. On a vécu tous ensemble dans une galerie en ville pour préparer et inventer la fête, puis on est parti en forêt. Je voulais qu’on ne se soucie pas de l’esthétique mais du sens de nos actes. On était déguisé pour se désinhiber, les costumes étaient faits de ce qui trainait en rue, l’esthétique est née des déchets trouvés. Je suis devenue styliste de l’arrache et des rebuts. Après ça, le « retour à la norme » fut foireux de mon côté. Depuis cet évènement j’ai décidé que mon but n’était pas de trouver de l’argent pour survivre mais de trouver comment virer l’argent de ma vie. Vivre dans le monde mais parallèle à lui.

2. Tu sembles être engagée dans des démarches originales où tu ne te contentes pas d'un petit 'ronron' à ta table de dessin? Explique-nous tes projets et tes démarches et surtout la philosophie qui sous-tend tes expériences? Comment construis-tu ces démarches?

Chloé Schuiten : Le monde dans son état actuel ne me rassasie pas, alors je m’agite à en faire un autre, dedans mais parallèle, fantasmé et réel. Étant donné que l’on est lancé dans le capitalisme à fond et que ça y croit, je réfléchis à des stratagèmes pour vivre autrement dedans. Le voir comme un outil, retourner ces gros défauts en trucs bien pratiques. Par exemple le capitalisme dans son fonctionnement fournit une quantité colossale de déchets. Ces déchets sont pour moi une matière première parfaite, abondante, généreuse, neuve ou presque, gratuite, diversifiée et facile d’accès.  Mon travail de dessinatrice et conteuse se nourrit d’expériences de vie réelles que je multiplie. Je pars sans rien prévoir dormir en forêt, je ne m’habille qu’avec des trucs que je trouve dans la rue et que je transforme, je me fais par exemple un sac à main avec une botte en cuir trouvée sur le trottoir, je pars vivre au milieu des déchets en bord d’autoroute et me construis une cabane qu’avec ce que je trouve sur place, sacs en plastique, canettes, ballon de foot crevé et coque d’imprimante. Je fais des pains avec les miettes récupérées dans les trancheuses des supermarchés. Je pratique le jeûne et la mono diète lors de ces expériences de vie.  En vrai tous les aspects de la vie m’intéressent, j’aime réfléchir à comment les réorganiser, les réinventer et ce en ayant mine de rien l’envie complètement mégalo de changer le monde.

3. Comment vois-tu ton avenir d'artiste? Qu'est-ce que tu pourrais définir comme ton objectif qui serait une réussite, ou un jalon sur le chemin d'une réussite?

Chloé Schuiten : Le summum serait de ne plus rien faire, plus rien d’utile et de productif mais me consacrer uniquement et totalement à n’être plus qu’un corps en ultra juste et précise connexion avec son milieu. Par exemple vivre dans un buisson d’algue et me laisser flotter dans l’eau de la mer. Viser à optimiser mon humidification par tous les accès possibles, vivre chaque entrée d’eau en moi comme un plaisir hautement libidinal, être complètement camée au sel marin et à sa multitude d’oligo-éléments. Trouver que respirer c’est un truc de frimeur. Se nourrir uniquement des algues contenues dans le buisson et se laisser balader au rythme des marées, en avant en arrière. Être super sensible et émue à ce ballottement et donc évidement ultra connectée et soumise à la lune qui gouverne tout ce bazar de là bas. Qu’à chaque grande marée ce soit la grosse fête, une énorme vague d’émotion en moi, le tremblement épileptique de la jouissance.
Objectif méduse, faite d’eau dans l’eau avec comme seul ami l’eau la lune et leurs mouvements.

4. Qu'est-ce qui selon toi devrait être mis en place pour soutenir les jeunes créateurs?

Chloé Schuiten : Je me dis qu’il faudrait mettre en place une école pour après l’école. Parce que l’école c’est quand même ce qu’il y a de mieux, apprendre c’est le luxe absolu. Ce serait bien qu’il y ait un grand bâtiment complètement libre où tous les gens qui y entrent sont autant profs qu’élèves, les rôles n’arrêtent pas de tourner, tellement que plus personne ne s’y retrouve. Dans cette école le sommeil serait estimé à sa juste importance, partout il y aurait des matelas et autres formes expérimentales de dispositifs de sommeil qui trainent. D’ailleurs l’école serait squattée en permanence par plein de clochards. Il y aurait des gars que l’on ne verrait jamais éveillés, ce sont les gros pros, les grosses têtes de l’école, parait même que le directeur traine là dedans. Ce serait une école où l’on apprend tout ce que l’on veut, on y va quand on veut. Puis on n’y va plus aussi. On lui envoie des cartes postales quand elle nous manque et il y a toujours un type qui s’amusera à y répondre. Dans cette école il fait tout le temps super chaud, pas parce que l’on y met le chauffage non faut pas croire qu’elle a la tune pour ça cette école, mais parce qu’il y a toujours un monde dingue qui y gigote et qui, à la manière des abeilles, fait en sorte d’y maintenir une chaleur digne d’une hutte de sudation. Ça y sent l’humain à fond mais pas que, ça sent aussi le bouc et la sueur canine, la bouffe en putréfaction, les armées de bactéries et les hordes de chats. Il y a des territoires interdit aux humains. Enfin rien n’est vraiment interdit mais dans les faits aucun humain n’ose y aller. Ce qui est sûr c’est que ça expérimente dans tous les sens et que quand elle sera mise en place cette école c’est là que je zonerai.

l'article sur le site de 64 pages ici
Merci à Phillippe Decloux !